• Histoire d'une publication

    Histoire d'une publication

    L'article suivant est un carnet de bord faisant part des étapes menant vers la mise en marché d'un de mes romans, prévue pour septembre 2013. Il s'agit du même principe que vous trouverez plus loin, pour mon roman publié en 2009 par VLB Éditeur.

    LE MANUSCRIT

    Le roman L'amour entre parenthèses a été écrit entre le 31 août 2006 et le 4 février 2007. Il s'agit d'une courte fiction d'environ 250 pages et qui raconte le cheminement d'une jeune religieuse de la fin des années 1930, enseignante et passionnée de pédagogie, qui se lie d'amitié pour un prêtre de son âge. La femme n'a surtout pas peur des défis et devient une inspiration pour le religieux. Les deux, même séparés, ne cessent d'échanger des lettres, sans s'avouer que leur amitié est en réalité de l'amour. La décision du prêtre d'abandonner et de retourner à la vie civile bouleverse notre religieuse, mais l'incite à quitter le voile pour retrouver celui qu'elle a toujours aimé. 

    Une histoire d'amour sans effusions ni passion. Platonique, en somme! Avec cependant beaucoup d'humour et une réalité que plusieurs romanciers québécois refusent à admettre : le clergé catholique de jadis était formé en grande partie de gens très intelligents, progressistes, n'ayant crainte d'aucun défi. J'ai écrit ce roman afin de montrer l'autre côté de la médaille : l'histoire vécue de l'intérieur par ceux qu'on a injustement condamnés et accusés des pires tares.

    ACCEPTATION DU MANUSCRIT

    Avant toute chose : une énorme perte d'illusions suite à la triste aventure chez VLB, suivie de refus, de refus et de refus de plusieurs éditeurs, ne tenant pas compte de mes huit livres publiés, de mes quarante participations aux salons du livre, de mon dossier de presse.

    En mars 2012, pour la première fois de ma vie, je me rends au salon du livre de Trois-Rivières comme simple visiteur. Je dois avouer que de ne plus faire partie des exposants m'a beaucoup bouleversé. J'ai alors croisé la romancière Pauline Gill, me demandant des nouvelles. Je ne sais pas pourquoi je lui ai ouvert mon coeur, mais la femme m'a écouté, m'encourageant à ne pas laisser tomber et me recommandant une nouvelle maison de sa région et que je ne connaissais pas : Les Éditeurs Réunis. Madame Gill m'a aussi proposé une démarche différente : ne pas envoyer de manuscrit, mais une lettre concise expliquant tout ce que j'avais fait.

    Cette lettre envoyée, on m'a répondu rapidement, le 30 avril, me réclamant un ou des manuscrits. J'en ai envoyé trois. En juin, je reçois un courriel de l'assistant à l'éditeur, me félicitant pour les qualités de ces textes qui avaient été... refusés par le comité de lecture. Dans ce message, l'homme m'incite à persévérer et à envoyer d'autres manuscrits. Trois autres textes ont suivi.

    Le 18 septembre, je reçois un courriel, m'indiquant que L'Amour entre parenthèses a été accepté.

    Première tuile, à laquelle je suis pourtant habitué : ces gens vont changer le titre de mon roman pour Les bonnes soeurs, idée que je n'aime pas du tout...

    Dans le message, il y avait trois points à modifier dans le roman. Le soir même, je me mets au travail.

    19 SEPTEMBRE 2012

    Comme demandé, je téléphone à l'éditeur. Sans doute voulait-il m'entendre, pour savoir à qui il allait se frotter. Nous parlons une demi-heure et je crois bien que de part et d'autres, le courant a passé doucement et agréablement. L'homme m'a dit que je pourrais conserver L'Amour entre parenthèses comme sous-titre.

    LES ÉDITEURS RÉUNIS

    Je ne connais rien de ces gens ! Je n'en avais jamais entendu parler avant que Pauline Gill ne les cite. Leur site Internet présente beaucoup de livres dits de "sagas historiques", avec des pages couvertures un peu tape à l'oeil. Bref, du roman populaire de grande surface. Sur ce site, j'ai eu la surprise de retrouver Marjolaine Bouchard, aimable romancière que j'avais croisée au début de ma collaboration avec mon premier éditeur, à la fin de la décennie 1990. Le temps qui va passer m'apprendra à mieux savoir qui sont ces gens.

     

    25 & 26 SEPTEMBRE 2012

    Échange de messages à propos des conditions de publication. Je rate mon essai de conserver mon titre. Dans mon dernier courriel, j'évoque la possibilité de faire parvenir un autre texte.

    28 SEPTEMBRE 2012

    Je reçois le contrat d'édition. Très rapide ! Habituellement, un tel document arrive beaucoup plus tard dans mes relations avec l'éditeur. Il s'agit d'un contrat dans la norme. Je ne vous fais pas part des détails du contenu. Un article vous en parle dans le présent blogue. Cependant, je tiens à applaudir l'absence du "Droit de regard" de l'éditeur sur toute oeuvre que je désire faire publier. Ceci signifie que même en étant sous contrat avec cet éditeur, je peux librement faire parvenir des manuscrits à une autre maison. Ce n'était pas le cas avec mon second éditeur.

    1 OCTOBRE 2012

    Fin d'une première relecture. L'éditeur m'avait signalé trois aspects à corriger. D'abord, enlever des points d'exclamation. Vrai qu'il y en avait à profusion... Ensuite : modifier les passages où il est question de religion dans les paragraphes descriptifs et les réserver aux dialogues. Ce fut fait. Enfin : ajouter des passages pour montrer que l'attitude de Marie n'était pas toujours appréciée par les autres religieuses. J'avoue que cette amélioration  m'a donné du mal...

    Ces corrections ne m'ont pas été ordonnées pour tout de suite. J'ai pris librement l'initiative de m'y pencher, sachant que je pourrai répéter le tout en janvier, afin de présenter un texte enrichi au moment où je devrai travailler avec l'éditeur.

    15 OCTOBRE 2012

    Retour du contrat, signé par l'éditeur. Le processus est donc officiellement en route.

    20 NOVEMBRE 2012

    Une surprise ! L'éditeur me fait savoir que le roman ne sera pas publié au cours de l'automne 2013, mais bien au printemps. Le moment prévu est avril, deux semaines après la fin du salon du livre de ma ville. Je tente de faire en sorte d'avoir le roman pour ce moment, mais ma démarche ne fonctionne pas.

    21 NOVEMBRE 2012

    L'éditeur me réclame le texte pour le 21 décembre. Un mois pour mes dernières corrections. On m'a aussi demandé une courte autobiographie et la liste de mes romans publiés.

    3 DÉCEMBRE 2012

    J'ai terminé ma relecture et amélioré le texte. Je l'envoie à l'éditeur.

    1 FÉVRIER 2013

    La maison d'éditions a revu le texte. Je reçois une copie et dois approuver ou non les modifications notées. On me donne dix jours pour ce travail. C'est la première fois que je ferai ce travail entièrement de façon informatique. 

    Je termine ce travail le 10 février. Je n'ai trouvé que trois points où je ne suis pas d'accord. Par contre, ils ont fichu des *** 56 fois dans mon texte, et ceci, je n'aime profondément pas. M'enfin... Je ne ferai pas de vague avec cette question...

    22 FÉVRIER 2013

    Je reçois, en format informatique, la page couverture du roman, ainsi que le résumé. Je me sens très heureux du résultat.

    25 FÉVRIER 2013

    Je commence la création d'un blogue sur le roman et qui me servira pour faire connaître le livre. Dans ma liste de liens, cliquez sur Bonnes soeurs.

    10 AVRIL 2013

    Le roman est maintenant disponible. La journée même, je reçois mes copies. Le livre contient 300 pages.

    11 AVRIL 2013

    Brève participation au salon du livre de Québec.

    18 MAI 2013

    Article signé Linda Corbo dans le journal Le Nouvelliste, de Trois-Rivières.

    MAI À DÉCEMBRE 2013 :

    Il n'y a eu aucune critique de ce roman, aucune mention dans les médias. C'est le sort de 95 % des romans québécois. L'insuccès, j'y suis habitué : l'indifférence, ça me fera toujours mal.

    27 au 30 MARS 2014 :

    Participation au salon du livre de Trois-Rivières, avec un horaire de signature minimal.

    11 JUILLET 2014

    Je reçois mon chèque de droit d'auteur et mon bilan de ventes et, contre toute logique, ce roman devient mon meilleur vendeur avec 2015 copies écoulées.

    JUILLET 2015

    À peine une vingtaine de copies du roman ont été vendues, depuis une année.

    JUILLET 2016

    Une soixantaine de copies ont été écoulées en une année. L'éditeur m'a proposé de vendre le livre à un tiers, qui le commercialisera à bas prix dans les magasins à grande surface.  J'ai refusé.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    lulette Profil de lulette
    Jeudi 10 Janvier 2013 à 23:08

    En te lisant, j'avais curieusement une chanson en tête : "Boule de flipper". N'est-ce pas un peu l'effet que ça te fait parfois?

    2
    MarioB Profil de MarioB
    Jeudi 10 Janvier 2013 à 23:17

    Je ne connais pas cette chanson...


    J'ai déjà fait la même chose pour le livre de 2009. Le texte est un peu long, mais je crois qu'il vaut la peine d'être lu, car il y a là une tranche de vie qui se termine de façon émouvante...


    http://marioromans.eklablog.com/ce-sera-formidable-histoire-d-une-publication-a30275726

    3
    Lundi 14 Janvier 2013 à 11:45

    As-tu des nouvelles à ce jour? Je suis un peu (un peu) d'accord avec Lulette, ça fait  "boule de flipper" (clic!)...

    Seulement voilà: il semblerait une fois de plus que travailler, travailler et persévérer soit la grande recette de la résussite, en tout cas de l'aboutissement d'un projet.

    J'aime vraiment beaucoup ce blog-ci car bien que n'étant pas dans le même domaine, je retrouve bien les errances des créateurs, que je ne saurais probablement jamais transcrire aussi bien que tu le fais. Les découragements sont si nombreux. Le panel des émotions va de l'engouement le plus extrême au découragement le plus profond. Et pourtant... pourtant il faut PERSEVERER. C'est ce que tu fais, et nul doute que le bout de ton tunnel n'est pas bien loin (vu de l'extérieur).

    Le résumé de l'histoire que tu racontes ici et la démarche que tu décris m'intéressent beaucoup. Je vais voir si je peux trouver ton livre sur amazon peut-être?

    4
    MarioB Profil de MarioB
    Lundi 14 Janvier 2013 à 11:51

    Selon ce qui m'a été dit, la balle est dans leur jeu pour des corrections en janvier. On m'a demandé ma disponibilité pour février, afin de revoir ce que eux ont noté en janvier. Logiquement, il y aura impression en mars.


    C'est nettement plus rapide que chez les deux autres éditeurs. Aussitôt qu'il y aura des développement, je les indiquerai à mesure.

    5
    Ploum Tagada Profil de Ploum Tagada
    Lundi 14 Janvier 2013 à 11:54

    J'ai oublié le lien vers "boule de flipper", mais peut-être l'avais tu déjà trouvé. C'est ICI .

    6
    Ploum Tagada Profil de Ploum Tagada
    Mardi 12 Février 2013 à 09:39

    Ca avance!

    7
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 12 Février 2013 à 10:48

    Dès maintenant, je ne touche plus à ce texte.

    8
    Camillefictions Profil de Camillefictions
    Samedi 6 Juillet 2013 à 19:57

    J'aime beaucoup cet article. On se rend bien compte du cheminement. Très intéressant !

    9
    MarioB Profil de MarioB
    Samedi 6 Juillet 2013 à 20:57

    Plus complet et plus... tragique :


    http://marioromans.eklablog.com/ce-sera-formidable-histoire-d-une-publication-a30275726


    Je crois que ce témoignage demeure unique. Peu d'auteurs oseraient rendre public un tel cheminement.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    10
    Dimanche 8 Septembre 2013 à 15:11

    Quel cheminement, quel travail, une pinte de sang avec cela...? ...cette démarche...courageuse... je trouve

    11
    Dimanche 8 Septembre 2013 à 18:18

    Merci.


    Mais "Comme d'habitude", tout ça un peu en vain. Après six mois d'existence, le roman a été ignoré par les médias, n'est pas présent dans les librairies etc.

    12
    Lundi 17 Février 2014 à 23:48

    Le prix 24.95 sur http://www.renaud-bray.com

    Très belle couverture en tout cas, courage à vous.

    13
    Mardi 18 Février 2014 à 00:07

    Profitez-en : dans une année, il n'existera plus

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :