• Public : Avec dix années de retard...

    Public : Avec dix années de retard...

    Laissez-moi vous assurer que j’apprécie énormément recevoir de tels messages et que je les ai tous conservés. C’est la dernière chose que j’attends en ouvrant mon ordinateur : un message de lecteur. Il faut que la personne ose écrire, qu’elle trouve aussi mon adresse de courriel. Ce message, arrivé en février 2010, m’a donné l’impression d’avoir été perdu dans la sphère informatique, tant son contenu devrait logiquement dater de 2000.  Pas de mal en soi à ce qu’une personne découvre un livre avec du retard, mais pour l’auteur, cela fait un peu bizarre! Je dois cependant dire que la mise en marché de Ce sera formidable, en 2009, a fait en sorte que beaucoup de gens ont alors cherché les romans pillonés par mon premier éditeur en 2006. J’ai reçu des lettres, des courriels (même de France!), des coups de téléphone de personnes me réclamant ces livres. Désolé : il ne me reste qu’une copie personnelle de chaque. Je les incitais à se procurer Formidable, les assurant que celui-là aussi serait un jour prochain détruit. C’est le destin de 95 % des romans québécois.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :