• Public : Ma plus grande admiratrice

    Public : Ma plus grande admiratrice

    Au début de 2010, je reçois un coup de fil d’une femme très intimidée, me demandant si je serais présent au salon du livre de l’Outaouais.  J’aurais aimé m’y rendre, mais le second éditeur a refusé. J’assure la dame que mes seules présences aux salons seraient réservées à Trois-Rivières et à l’Abitibi. Elle me raconte alors comme elle adore mes romans, découverts récemment. Elle avait passé des petites annonces dans les journaux afin de pouvoir les acheter, ne manquant à sa collection que Tremblay et fils et Des trésors pour Marie-Lou.  Puis, au salon de Trois-Rivières, j’ai l’immense surprise de voir  approcher cette femme, avec un grand sac contenant des copies usagées des premiers romans, dont un Héritage de Jeanne qu’elle a payé 40 dollars.  Rougissante! Une photo en votre compagnie ? J’avais une entrevue prévue et la voilà au premier rang pour m’écouter. Pour me voir et faire signer ces livres, elle avait roulé plus de trois heures. Je l’assure que j’ai encore des signets de ces romans à la maison et que je les lui ferais parvenir. Je me suis alors rendu compte que je pouvais lui donner un Tremblay et fils. Elle m’a répondu par cette lettre, où elle dit souhaiter être riche afin de me fournir tout ce dont j’aurais besoin afin que je me consacre à l’écriture. J’aurais aimé avoir une caméra pour la filmer et envoyer le tout avec mes manuscrits chez des éditeurs qui refusent les cinq romans de la série Tremblay qui croupissent dans mon ordinateur depuis dix années.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :