• Salon du livre de Trois-Rivières : Titre ?

    Les équipes des salons du livre prennent autour d'une année pour organiser leur événement. La confirmation des présences des auteurs se fait des mois à l'avance, tout comme l'impression du guide destiné aux visiteurs. Voici un extrait du guide 1999 du salon de Trois-Rivières, où Perles et chapelet est présenté sous son vértable titre : Au bout de leurs rêves.


    votre commentaire
  • Public : Trouver mes livres...

    Un message trouvé sur un forum internet de lecture, en 2009. Une indication très nette à l'effet que mes six premiers romans sont difficiles à trouver, mais qu'ils suscitent encore des réactions quand les gens se risquent à en lire un, déniché dans une bibliothèque. J'avais répondu à ce message, faisant face à la curieuse réaction de gêne parce que l'auteur s'était manifesté.


    votre commentaire
  • Quand la fiction rejoint la réalité

    Dans mon roman Perles et chapelet, mon personnage Louise, de plus de 40 ans, décide de poursuivre son rêve d'enfance en s'inscrivant à l'école normale des Ursulines afin de devenir enseignante. Lors de la création du texte, je me suis rendu aux archives des Ursulines pour trouver des renseignements sur les règlements de l'école, les matières que les filles étudiaient, etc. J'avais mis la main sur un document relatant les étapes de différentes années scolaires. Alors, je me suis penché sur celle de Louise, au milieu des années 1930. J'ai vite noté la présence d'une élève du nom de Claire Bélisle, fille d'un médecin de Trois-Rivières. La jeune Claire m'était alors apparue comme une adolescente très impliquée dans son milieu. Son nom était mentionné partout. J'avais alors cru que cette élève pleine d'énergie serait une amie de Louise. Pour le lectorat, le nom de Claire Bélisle était celui d'un personnage comme un autre.

    Au salon du livre de Trois-Rivières, en 2000, je vois approcher une femme âgée qui me lance la question que je n'attendais pas : "Comment avez-vous pu connaître ma soeur Claire Bélisle ? Vous êtes trop jeune !" Alors, je lui ai raconté ma petite recherche. La femme semblait très émue, car semble-t-il que j'avais décrit sa soeur telle qu'elle était. Je me suis simplement basé sur les notes de ce carnet de bord pour créer le personnage. La véritable Claire Bélisle est décédée au début des années 1950. La femme est revenue le lendemain pour me donner cette photocopie d'une photo de sa soeur.

    Ce n'était pas la première fois qu'une telle chose arrivait. En 1999, j'avais parlé avec une dame, heureuse parce qu'elle avait croisé son grand-père Napoléon Lamy dans Petit Train. Il y a beaucoup de pesonnages "de décor" qui ont existé, dans mes romans.


    votre commentaire
  • Des trésors pour Marie-Lou : Résumé

    Les résumés présentés à l'endos des romans sont la première chose que les gens regardent. Très souvent, ils aiguillent les gens vers des décisions certaines : 1)- Ça ne m'intéresse pas 2)- Je veux en savoir davantage. Il s'agit de résumer en peu de lignes un livre de plus de 400 pages, présenter les personnages vedettes et dire pourquoi c'est le meilleur roman de tous les temps. Pas facile! J'avoue que je déteste écrire ces textes et que j'ai tenté de m'en soustraire le plus souvent possible, comme dans le cas des Trésors pour Marie-Lou. Cependant, ce qu'avait suggéré l'éditeur était mauvais... Voyez le message que je lui avais envoyé pour m'en plaindre...


    votre commentaire
  • Public : Forum internet

    J'ai trouvé ceci sur le forum internet de Télé-Québec, en 2006. Heureux de faire partie des références !


    votre commentaire