• Salon du livre : Cocarde

    Salon du livre : Cocarde

    Il y a des auteurs qui l'enfouissent dans la poche de leur veston. Pas moi ! Je la porte même dans la rue. Ne me demandez pas trop d'expliquer pourquoi la cocarde me procure de l'effet. De la fierté, sans doute! C'est une façon de dire à quiconque me regarde : "Je suis un écrivain!" Premier grand moment de tout salon du livre : se présenter au kiosque d'entrée et réclamer la cocarde. Les courbettes suivent. Anecdote : au salon de Val d'Or, en 2010, un bénévole m'arrête : "Hé, monsieur! Pas le droit de passer par là!" Je n'ai rien dit et n'ai que montré ma cocarde. Alors le bénévole m'a laissé passer sans poser de questions. Je les ai presque toutes conservées. Celle illustrée ci-haut : de 1998, au salon de l'Abitibi-Témiscamingue, à La Sarre.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :