• Tag roman

    Résultats pour la recherche du tag roman :
  • J’ai écrit mon premier roman à l’âge de 16 ans. Depuis, je n’ai jamais cessé. J’ai appris à écrire en écrivant beaucoup. Il y a des méthodes dont j’ai pris conscience il y a longtemps et dont je me sers toujours aujourd’hui. La création a pris un aspect plus professionnel dès...

    Lire la suite...

  • ...suivant est un carnet de bord faisant part des étapes menant vers la mise en marché d'un de mes romans, prévue pour septembre 2013. Il s'agit du même principe que vous trouverez plus loin, pour mon roman publié en 2009 par VLB Éditeur. LE MANUSCRIT Le roman L'amour entre parenthèses a été...

    Lire la suite...

  • ...événements ont marqué ma vie. Mon salon préféré : à Ville-Marie, en 2001. Celui où j’ai vendu le plus de romans ? À Amos, en 1999 : 68 livres. Il y a une raison particulière ayant mené à ce nombre et il s’agit de mon souvenir favori de tous les salons. Soyons précis : samedi le 22...

    Lire la suite...

  • ...d'une lectrice rencontrée au salon du livre de l'Outaouais, en mars 2000. Elle cite que le troisième roman n'était pas disponible. Il aurait dû l'être, mais sa mise en marché a été retardée à cause d'une erreur de l'imprimeur (J'en parle et je le démontre un peu plus loin). La femme...

    Lire la suite...

  • ...des deux textes qui deviendront Perles et chapelet. Elle date de juillet 1998, alors que le premier roman, Petit Train, n'était pas encore sur le marché. Je peux sourire en voyant "une oeuvre majeure", sachant que tous mes romans seraient détruits moins de dix années plus tard, mais je souris...

    Lire la suite...

  • ...participations aux salons du livre, j’ai vu des centaines de femmes être attirées follement par des couvertures romantiques, avec une belle femme en vedette. J’en ai vu acheter des romans sans lire le résumé. Bref, elles achetaient le dessin, et non l’histoire. Un beau cas dont je me...

    Lire la suite...

  • Un premier roman publié nous échappe toujours... Le texte porte la marque de mon amateurisme et les gens qui m'ont donné un coup de pouce avaient en tête qu'il s'agissait d'un roman jeunesse, idée que je ne partageais pas. Il y a un certain nombre de maladresses dans Tremblay et fils,...

    Lire la suite...

  • ...de Québec. Pourquoi ? À cause de la froideur du public. Je m’y suis frotté, mais comme je vendais des romans, je fermais ma gueule quand quelques personnes voulaient me dévorer parce que je les avais saluées. Ce qui est illustré ci-haut faisait partie du guide du salon de 2001. Entrevue...

    Lire la suite...

  • De tous mes romans publiés, Des trésors pour Marie-Lou est le plus original et qui, du point de vue créativité, m'a donné la plus grande satisfaction. Le récit n'emprunte pas le chemin de A à Z, mais est composé de sauts vers le futur, de plongées vers le passé, dans un va-et-vient...

    Lire la suite...

  • ...un bon coup de main à Tremblay et fils, en 1996. Davantage que lors de la commercialisation de mes romans plus pros. Ici, un résumé du communiqué de presse et quelques renseignements, de la part du journal Le Sorteux, de Shawinigan. On définit le produit commeun "roman jeunesse". Comme un...

    Lire la suite...